Mardi octobre 17th 2017

Disneyland en plein cauchemar financier

Disney s’invite à la table du grand chef cuisinier « Ratatouille » pour boire le bouillon

Disneyland Paris

Avec 200 millions d’euros d’investissements et un déploiement d’ingéniosités marketing, l’entreprise pensait mettre « Ratatouille » aux fourneaux. Mais avec la crise et de lourds investissements s’ajoutant à une dette déjà conséquente, Euro Disney prend le bouillon. L’espoir de voir son activité redynamisée grâce à cette nouvelle attraction unique au monde s’amenuise avec une baisse de fréquentation de 6 % au premier semestre 2014, soit 400 000 visiteurs en moins.

Alors le lundi 6 octobre 7 heures du matin, la situation est grave. Tom Wolber fraîchement nommé président a convoqué en urgence une réunion extraordinaire du comité d’entreprise, juste avant l’ouverture de la Bourse de Paris avec un seul point à l’ordre du jour :

« La situation financière de l’entreprise Euro Disney »

Soutenu par Mark Stead, directeur financier, il explique que « face aux pertes, on savait qu’il fallait s’attaquer à notre point faible, l’endettement ». En effet après plusieurs risques de dépôt de bilan, 3 restructurations financières, et seulement 7 bilans bénéficiaires en 22 ans d’activité, le monde merveilleux de Disney s’enlise dans ce cauchemar financier et pourtant…

Disneyland Paris est la première destination touristique privée en Europe

Le parc fait rêver chaque année 15 millions de visiteurs, les hôteliers sont satisfaits par leur taux de remplissage et la clientèle déclare être comblée par leur séjour. Commercialement, le parc d’attraction fonctionne très bien et pour que la magie Disney continue à opérer, le géant américain Disney a annoncé lors de la réunion extraordinaire la recapitalisation d’Euro Disney.

Ratatouille et sa brigade aux fourneaux

Composés à 50% d’investisseurs privés et institutionnels, 40 % des actions sont détenues par la maison mère américaine et les 10 % d’actions restantes appartiennent au prince saoudien, Al-Walid, les actionnaires d’Euro Disney réagissent face à cette situation de crise.

Dans l’urgence, ils ont décidé que la dette serait réaménagée et son échéance de remboursement repoussée à 2024. De son côté, le groupe Disney pense injecter 420 millions d’euros et le groupe Brubank va convertir 600 millions d’euros de créances en actions afin de réduire la dette de 43 %.

Ces actions faciliteront la montée du groupe Disney au capital d’Euro Disney pour leur permettre de lancer une O.P.A. sur le parc français. Cette opération financière, à plus d’1 milliard d’euros est la bouée de sauvetage du pays imaginaire mais ce coup de baguette magique suffira-t’il ?

FB pour FBBOURSE.COM

Réagir à cet Article