Vendredi mars 24th 2017

Les Etats-Unis seront exportateur net de pétrole en 2030 !

Puits de Pétrole au Etats-Unis

Les Etats-Unis seront le 1er producteur de pétrole en 2017, et deviendront exportateur net de pétrole en 2030, selon l’AIE !

Il semble que l’année 2017 sera à marquer d’une pierre blanche pour les États-Unis : l’agence internationale de l’énergie (AIE) a estimé dans son rapport annuel publié le 12 novembre 2012 qu’ils seront alors le premier producteur de pétrole dépassant ainsi l’Arabie Saoudite.
Le pays a déjà extrait 6,3 millions de barils par jour (mbj) en début d’année contre 5 mbj en 2008. A l’heure actuelle, les États-Unis importent 20% de leurs besoins énergétiques. L’an prochain, la production américaine totale d’agro-carburants liquides atteindrait 11,4 mbj s’assimilant à la production Saoudienne.
Le chemin vers l’indépendance énergétique et le retour à l’hégémonie des États-Unis est entamé tout cela grâce au boom des hydrocarbures de schistes marquant des changements majeurs dans le système énergétique. Cela permettrait aux États-Unis de réduire leurs importations pétrolières de 4 mbj contre 10 mbj actuellement jusqu’à devenir exportateur net de pétrole vers 2030, de quoi redistribuer les cartes de la géopolitique mondiale. Grâce à ces ressources, le pays devrait bientôt bénéficier d’un prix de l’électricité compétitif moitié moins élevé qu’en Europe.
Cependant, cette nouvelle donne suscite les débats autour de l’exploitation des gaz et huiles de schistes dans l’Hexagone, au risque de froisser les défenseurs de l’environnement. Cette production de gaz non conventionnel est le résultat d’un procédé extrêmement dangereux pour l’environnement: la fracturation hydraulique. Cette technologie permettant d’extraire le gaz de schiste est sujette à de nombreux risques imputables au fluide (composé d’eau, de produits chimiques et de sable) utilisé pour fracturer la pierre. L’AIE recommande ainsi que « le monde ne doit pas puiser d’ici à 2050 plus d’un tiers des réserves prouvée d’hydrocarbures ».
Pourtant, ces ressources de pétrole non conventionnelles pourraient représenter la moitié de la croissance de la production mondiale de pétrole principalement aux États unis, en Chine et en Australie. Cette production non OPEP (organisation des pays exportateurs de pétrole) devrait atteindre un volume de 53 mbj après 2015 contre 40 mbj en 2011. Quant à la demande pétrolière mondiale, elle augmentera de 14% en 2035 pour atteindre 99,7 mbj. L’AIE prévoit un prix moyen du baril à 125$ en 2035 contre 107$ en 2012.
Mais qui dit boom, dis ralentissement. Il s’avère que la production américaine de pétrole de schiste diminue depuis 2006 avec un seuil de 100 000 barils/jour. Les meilleurs sites ayant déjà été forés, cela implique de creuser constamment de nouveaux puits. A savoir qu’il faut environ six ans pour qu’un puits s’épuise, suggérant la fin de l’exploitation et donc du boom.
FB pour FBBOURSE.COM

Voir aussi:

Le classement des compagnies pétroliéres

Réagir à cet Article