Vendredi octobre 20th 2017

Le Corner de l’Argent de 1980

Les frères Hunt ou le Corner de l'Argent

Le corner de l’argent, ou l’aventure vertigineuse des frères Hunt

Le corner de l’argent de 1980 est le fruit de l’imagination de deux frères: Nelson Bunker et William Herbert Hunt, qui n’hésitèrent pas à manipuler le marché de l’Argent (métal précieux) et à en inverser la tendance pour servir leurs seuls intérêts et l’accroissement de leur fortune personnelle. Cette initiative originale et démesurée aurait presque pu réussir, mais leur plan était sans compter sur l’intervention de l’autorité financière américaine.
Origine des frères Hunt et contexte économique 
Le corner de l’argent de 1980 est avant tout l’œuvre de deux hommes : les frères Hunt. Leur histoire personnelle particulière explique largement le phénomène à l’origine duquel ils ont été.  Leur modèle ne fut personne d’autre que leur père, le richissime autodidacte, Haroldson Lafayette Hunt. Ce dernier connut d’abord une première grande réussite dans l’industrie du coton, qui se soldera pourtant par un échec avec l’effondrement des cours en 1914-1915, avant de se tourner vers le pétrole.  Son flair particulier pour les affaires lui permet de rapidement devenir l’un des hommes les plus riches du pays, sa fortune dépassant le milliard de dollars. Il investit dans des nombreux domaines, allant de l’agriculture aux médicaments en passant par le bois, et sur tous les continents. Les deux frères Hunt se sont largement inspirés de ce père prodigue développant tout au long de leur vie l’idée qu’une fortune n’est jamais assez grande. Nelson Bunker Hunt naquit en 1926 et son frère William Herbert en 1929. Ils firent partie de la fratrie de 15 enfants que Haroldson Lafayette Hunt eut avec ses trois femmes.
Grâce à l’argent de leur père, qui ne se souciait que peu de leurs activités, trop occupé qu’il était aux siennes, ils purent rapidement fonder leur propre compagnie d’extraction pétrolière, la Penrod drilling compagny, avant de recevoir de leur père au début des années 1960, la Placid Oil company. Cependant, les frères Hunt commencent à se lancer dans l’économie du forage pétrolier alors que la situation se détériorait sur le plan international. Alors que Khadafi reprend la main-mise sur le pétrole libyen, réduisant considérablement les gains réalisés par les frères Hunt très implantés dans la région, la première crise pétrolière éclate. Les frères Hunt et leur père considèrent rapidement le marché pétrolier comme trop instable et mettent au point un système pour faire de l’argent rapidement et se protéger des aléas économiques et inflationnistes.
Le corner de l’argent « métal »
Pour se protéger de l’instabilité du marché pétrolier et de l’économie en général, ils décident d’acquérir la majeure partie des réserves d’argent mondiales, ce qui leur permettra à terme de limiter les risques d’inflation. De surcroît, l’achat massif et soudain d’une grande partie des réserves d’argent devrait entraîner une augmentation rapide de son cours et ainsi mécaniquement, la fortune de ses détenteurs. Nelson Bunker et William Herbert Hunt visaient dans un premier temps les réserves d’or, mais la législation américaine a posé des interdictions quant à l’acquisition du métal précieux par les particuliers. Dès 1973, les deux frères Hunt mettent donc en place leur plan en essayant d’acquérir le plus de réserves d’argent possible.
Les stocks mondiaux d’argent sont alors estimés à environ 500 millions d’onces. Dès les premiers mois de l’année 1974, Nelson Bunker et William Herbert Hunt possèdent déjà 55 millions d’onces. Ils conservent le métal précieux dans six établissements bancaires suisses où il est acheminé par avions et camions blindés. À partir de ce moment là, la rumeur commence à se répandre. Les frères Hunt sont en train de réaliser un corner sur l’argent, c’est-à-dire créer une situation dans laquelle les vendeurs à découvert seront prêts à vendre à n’importe quel prix voyant leur échéance se rapprocher alors que le cours de l’argent se maintient. Immédiatement, le cours de l’argent sur les marchés s’envole et la somme que les frères Hunt doivent maintenant dépenser pour atteindre leur objectif est astronomique. Ils disposent cependant d’affaires pétrolières florissantes et de l’héritage de leur père. Mais pour accélérer l’acquisition et répartir les risques, ils se mettent à la recherche de partenaires. Au printemps 1979, ils créent l’International Metal Investment Group en partenariat avec des investisseurs saoudiens. En décembre 1979, cette compagnie détient plus de 200 millions d’onces sur les marchés mondiaux. Le prix de l’argent continue de grimper face à l’attrait soudain qu’il connait : alors qu’une once coûtait 5 dollars au début de l’année 1979, elle s’élève à 54 dollars en janvier 1980. Les frères Hunt ont atteint leur objectif et possèdent une fortune fictive de plusieurs dizaines de milliards de dollars grâce aux réserves d’argent amassées et à l’augmentation fulgurante de son cours.
L’effondrement du corner par des mesures anti-spéculation 
Cependant, la stratégie des frères Hunt n’incluait pas le changement de règles du jeu qui avoir lieu dès l’année 1980. Le New York Commodity Exchange, appuyé par la Banque fédérale américaine prend des mesures pour limiter la spéculation : les dépôts de garantie réclamés aux nouveaux acheteurs sont à des niveaux insupportables pour la plupart, les professionnels sont autorisés à remplacer la livraison d’argent par du cash et enfin, le nombre de contrats pouvant être détenu par une entité sur le marché est drastiquement limité. Les résultats ne se font pas attendre et le cours de l’argent chute immédiatement pour atteindre, le jeudi 27 mars 1980, rebaptisé « Silver Thursday » la cotation ouvre à 15.80 dollars l’once, pour clôturer à 10,8. Le même jour, les marchés actions s’effondreront en cours de séance sur la rumeur que les frères Hunts liquidaient leurs actions pour couvrir leurs pertes abyssale sur l’argent, cependant le marché ferma ce jour-là sur des niveaux quasi similaire à la veille.
Cependant, face à la chute importante de l’once d’argent sur les marchés, l’équation était simple (Les achats de lingots des Hunts étaient tous aux environ de 10$ l’once mais leurs achats de futures avaient eu lieu autour de 35$ l’once.) : la partie était terminée, les Hunts devaient à peu près 1,5 milliards de dollars. Suite à ces événements, Nelson Bunker et William Herbert Hunt passèrent devant le Congrès américain pour s’expliquer de leurs actes.
Ils sont rapidement réduits à la faillite. Ils se placent sous le chapitre 11 de la loi des faillites américaine, leur fortune vient de perdre plus de 80% de sa valeur. La chute du cours du pétrole à la fin des années 80 amplifie les pertes financières de la famille. En 1988, Nelson Bunker et William Herbert puis furent condamnés devant une cour américaine pour manipulation de marché.
FB pour © FB BOURSE.COM

Les Commentaires de l'article

2 Commentaires pour “Le Corner de l’Argent de 1980”

  1. ROQUES Olivier dit :

    Voilà un article fort interessant sur une affaire méconnue des années 80. L’histoire des frères Hunt, le contexte familiale dont ils sont issus ainsi que les rapports complexes avec leur père permettent de comprendre comment leur tentative de manipulation a pu émerger dans leur esprit. Une arnaque qui aurait presque pu réussir sans la vigilence de certains…

  2. Emma dit :

    Dans tout marché, il y a trois profils : ceux qui ont acheté au plus haut et qui coupent leur position pour s’éviter des pertes supplémentaires, ceux qui prennent leurs bénéfices pour sécuriser la plus-value théorique et qui veulent la concrétiser, et enfin ceux qui considèrent que le marché va baisser et le vendent à découvert.

Réagir à cet Article