Vendredi novembre 22nd 2019

Citations Adam Smith

« Le grand commerce de toute société civilisée est celui qui s’établit entre les habitants de la ville et ceux de la campagne. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« Les fonds prêtés à intérêt sont toujours regardés par le prêteur comme un capital. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« Les grandes nations ne s’appauvrissent jamais par la prodigalité et la mauvaise conduite des particuliers, mais quelquefois bien par celles de leur gouvernement. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« Les capitaux augmentent par l’économie ; ils diminuent par la prodigalité et la mauvaise conduite. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« La cause immédiate de l’augmentation du capital, c’est l’économie, et non l’industrie. A la vérité, l’industrie fournit la matière des épargnes que fait l’économie ; mais, quelques gains que fasse l’industrie, sans l’économie qui les épargne et les amasse, le capital ne serait jamais plus grand. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« Toute partie de ses fonds qu’un homme emploie comme capital, il s’attend toujours qu’elle lui rentrera avec un profit. Il ne l’emploie donc qu’à entretenir des salariés productifs ; et, après avoir fait, à son égard, office de capital, cette même partie de fonds forme un revenu à ces travailleurs. Toutes les fois qu’il emploie une partie de ces mêmes fonds à entretenir des salariés non productifs, de quelque espèce que ce soit, dés ce moment cette partie se trouve retirée de son capital et versée dans le fonds réservé pour servir immédiatement à sa consommation. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« Lorsque les gens d’un pays ont assez de confiance dans la fortune, la probité et la sagesse d’un banquier pour le croire toujours en état d’acquitter comptant et à vue ses billets et engagements, en quelques quantité qu’il puisse s’en présenter à la fois, alors ces billets finissent par avoir le même cours que la monnaie d’or et d’argent, en raison de la certitude qu’on a d’en faire de l’argent à tout moment. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« Tout capital fixe provient originairement d’un capital circulant, et a besoin d’être continuellement entretenu aux dépens d’un capital circulant. Toutes les machines utiles et instruments d’industrie sont, dans le principe, tirés d’un capital circulant, qui fournit les matières dont ils sont fabriqués et la subsistance des ouvriers qui les font. Pour les tenir constamment en bon état ; il faut encore recourir à un capital du même genre. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« Aucun capital fixe ne peut donner de revenu que par le moyen d’un capital circulant. Les machines et les instruments d’industrie les plus utiles ne produiront rien sans un capital circulant qui leur fournisse la matière qu’ils sont propres à mettre en œuvre, et la subsistance des ouvriers qui les emploient. Quelque améliorée que soit la terre, elle ne rendra pas de revenu sans un capital circulant qui fasse subsister les ouvriers qui la cultivent et ceux qui recueillent son produit. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« Les capitaux tant fixes que circulants n’ont pas d’autre destination que d’entretenir et d’augmenter le fonds de consommation. C’est ce fonds qui nourrit, habille et loge le peuple. Les gens sont riches ou pauvres, selon que le fonds destiné à servir immédiatement à leur consommation se trouve dans le cas d’être approvisionné, avec abondance ou avec parcimonie, par ces deux capitaux. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

« Dans tous les pays où les personnes et les propriétés sont un peu protégées, tout homme ayant ce qu’on appelle le sens commun, cherchera à employer le fonds accumulé qui est à sa disposition, quel qu’il soit, de manière à en retirer, ou une jouissance pour le moment, ou un profit pour l’avenir. »

Adam Smith, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776

Voir aussi: les Citations des autres auteurs de « l’Ecole Classique »

Citations de David Ricardo

Citations de John Stuart Mill

Citations de Jean Baptiste Say

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3

Réagir à cet Article