Mardi octobre 17th 2017

Dette publique : la nouvelle inquiétude !

Endettement public : le problème de l’après crise !

Les taux d’endettement élevés des Etats deviennent aujourd’hui, un sujet de crainte majeure pour nos économies dite développées. Voir même le principal sujet d’inquiétude pour 2010. En effet, la crise financière de 2008-2009 a entraîné une intervention massive des différents gouvernements de la planète dans l’économie. Il fallait sauver le système financier et relancer l’économie. Cette politique interventionniste massive, jamais vu à ce jour, a provoqué, une hausse prodigieuse des niveaux d’endettement des Etats. Les niveaux actuels sont proches de ceux observés durant la deuxième guerre mondiale. Ainsi, selon l’OCDE, le ratio dette publique brute/PIB devrait être supérieur à 100% en 2011, soit environ 30 points de plus qu’en 2007, avant le déclenchement de la crise. Le Japon devrait voir sa dette publique dépasser les 200% du PIB, l’Italie 127.3%, la Grèce 113.4%, l’Irlande devrait atteindre 110% en 2010 et les Etats-Unis 100% du PIB l’an prochain et 108% en… 2014. En France, la dette publique continue de se creuser 74% du PIB en 2009, 83% fin 2010 !

Finalement en deux années de crise, les nouvelles dettes émises par les Etats auront progressé de 45% par rapport à l’année 2007, soit une hausse de 15.300 milliards d’euros selon l’estimation de Moody’s Investors Service en date du 24/11/09. Conséquence de cet afflux de dette publique, la dette souveraine mondiale devrait atteindre 49.500 milliards de dollars d’ici fin 2009, dont 12.100 milliards de dollars pour les seuls Etats-Unis !

Cette dette mondiale devrait représenter toujours selon l’agence Moody’s environ 80% du PIB mondial en 2010, contre 63% en 2008 !

Cette situation suscite plusieurs questions et posent plusieurs problèmes :

-Les investisseurs étant tentés de placer leurs liquidités dans des placements « peu risqués », la dette publique évince en partie la dette privée et rend de fait plus difficile le financement des entreprises.

-Des dissensions au niveau de la dette se créent entre les Etats. Certains apparaissent comme moins crédibles que d’autres aux regards des investisseurs dans leur volonté d’une gestion plus stricte de leurs finances. De fait, on constate sur les marchés des écarts sur les taux d’emprunts souverains entre les différents Etats. Par exemple, Italie et la Grèce ont fortement augmenté leurs endettements, ils paient ainsi, leurs emprunts à des taux supérieurs de 1 à 2.5 points de pourcentage par rapport à l’Allemagne.

-Les Dettes et les déficits publics se creusent inéluctablement dans la grande majorité des pays du monde. Aujourd’hui, les dirigeants mondiaux sont partagés entre deux voies. « Poursuivre les investissements publics pour contrecarrer une rechute de l’économie » ou « Mettre en place des politiques de rigueur qui pénaliseront la faible reprise et la consommation des ménages ». Choix cornélien ! Cependant, les dettes publiques sont une vraie menace pour l’économie mondiale.

Comme le dit Philippe Marianni, rapporteur de la commission des Finances du Sénat, il faut (ou il fallait !) se méfier de « l’insoutenable légèreté de la dette »….

FB

Lire aussi :

Notations Financiéres des Pays du G20-2011

Notes des Agences de Notations expliquées

 

Les Commentaires de l'article

2 Commentaires pour “Dette publique : la nouvelle inquiétude !”

  1. GB dit :

    en attente de la publication de la notation financiere des pays du G20, pour l’année 2010 et 2011

Réagir à cet Article