Vendredi mars 24th 2017

Gagner de l’argent sans travailler ?

Comment gagner de l’argent sans travailler !

Gagner de l’argent sans travailler, est-ce possible ?

Par ces temps de crise, l’idée de gagner de l’argent sans travailler peut sembler relever de l’utopie. Et pourtant… En effet, pour peu que l’on possède un minimum d’épargne et que l’on sache comment s’y prendre, cette alternative constitue une possibilité bien tangible et tout à fait accessible ! Tour de piste des astuces de placements les plus profitables…

L’option sécuritaire des rentes viagères

Ici, le principe est simple : le « crédirentier » place son capital auprès d’un assureur. Celui-ci, en contrepartie de la possibilité de spéculer sur ce capital, accepte de rémunérer le « crédirentier » périodiquement en faisant générer sur le capital ainsi placé des intérêts créditeurs.

Parmi les différentes catégories de placements financiers permettant de gagner facilement de l’argent « sans bouger le petit doigt », cette alternative des rentes viagères figure sans nul doute en tête de toutes à bien des égards. En effet, contrairement aux autres types de placements, tels le capital, la rente est le seul à offrir au crédirentier une sécurité sans pareille en ce qu’elle lui assure notamment la certitude de pouvoir percevoir des revenus périodiques jusqu’à la fin de ses jours.

Malgré ces avantages, comme toute chose, la rente a cependant également ses revers de la médaille… Parmi ceux-ci, on citera entre autres le risque majeur qu’elle présente vis-à-vis des héritiers : en effet, en cas de décès précoce du crédirentier, en principe le reste du capital placé auprès de l’assureur reviendra intégralement à ce dernier sans que les héritiers puissent prétendre le récupérer. Outre cet inconvénient, l’alternative de la rente viagère exige par ailleurs un capital conséquent si l’on veut en espérer tirer des revenus consistants avant l’âge de 70 ans étant donné qu’en moyenne, selon les assureurs, un crédirentier ne peut espérer percevoir qu’entre 3 et 3,8% de son capital à 60 ans ; aux alentours de 4% à 65 ans ; et seulement près de 5% à 70 ans.

L’Assurance-vie

L’assurance-vie permet également de gagner de l’argent sans travailler. En effet, celle-ci constitue un placement capitalisable après une certaine durée de versements des primes auprès de l’assureur vie. Contrat d’épargne par excellence, l’assurance-vie présente l’avantage d’offrir un capital mobilisable du vivant de l’assuré, contrairement à l’assurance décès dont le capital n’est disponible qu’au décès du bénéficiaire.

Le choix des SCPI

Les SCPI ou Sociétés Civiles de Placement Immobiliers constituent une autre alternative de placement pour les épargnants. Grosso modo, le mécanisme consiste pour ces derniers à confier leurs épargnes à ces types de structures professionnelles afin de pouvoir acquérir à moindre coût des biens immobiliers que lesdites SCPI se chargeront par la suite de gérer afin de pouvoir en générer au mieux des revenus périodiques… Dans la pratique, deux catégories de SCPI existent : celles dont l’objet social se focalise sur l’acquisition des immeubles d’habitation d’une part, et celles spécialisées dans l’achat d’immeubles à vocation commerciale ou professionnelle de l’autre. Aujourd’hui, les spécialistes préconisent davantage d’investir dans la seconde catégorie eu égard aux revenus consistants qu’elle génère : la meilleure d’entre elles générait ainsi, en 2012, 79 euros de dividendes par part sociales, soit un rendement de plus de 5% !

FB pour FBBOURSE.COM

Réagir à cet Article