Mardi octobre 17th 2017

Le Krach Boursier de 1857

Siège de New-York de l'Ohio Life Insurance & Trust Company en 1857

Le Krach boursier de 1857

Le krach boursier de 1857 ou la seconde crise spéculative de l’industrie ferroviaire. 

Contexte économique et origine de la crise boursière de 1857

La crise boursière de 1857 n’échappe pas à la tradition des crises du XIXe siècle qui furent toutes marquées par la succession d’une phase d’euphorie financière, à laquelle vint succéder un renversement du marché pour se terminer en crise boursière et industrielle. Par son déroulement (croissance forte de 1850 à 1856 ; krach en 1857), elle est très proche de la crise de 1847, qui fut elle aussi provoquée par des spéculations sur l’industrie ferroviaire.

En 1857, l’une des origines de la crise est la diminution des rendements des mines d’or Californienne découvertes à partir de 1848. Pourtant, les mines d’or de Californie sont aussi à la source du boom économique des Etats-Unis entre 1850 et 1856. En effet, ces nouvelles ressources modifièrent fondamentalement l’économie des Etats-Unis. La toute nouvelle conquête de l’Ouest rendit nécessaire la mise en place d’importantes infrastructures de transport. Ainsi un important réseau ferroviaire fût construit pour approvisionner en produits et matières premières la côte ouest en plein essor, et pour faciliter l’exportation des biens, et des matières premières (en particulier de l’or), vers la côte est. En parallèle, l’augmentation soudaine des encaisses-or due à la découverte de ces mines entraîna la baisse du taux d’escompte et favorisa les investissements nationaux, en particulier dans le ferroviaire et mécaniquement dans la métallurgie. La croissance économique de la période en fut largement améliorée avec un taux moyen de 7,48%. L’économie se trouve en pleine période d’euphorie. Cependant, cette euphorie est générée par la spéculation et alimentée par le crédit bancaire.

Une nouvelle fois, un renouveau du système bancaire vient favoriser cet emballement de l’économie. En France, par exemple (comme aux Etats-Unis) on remarque la création de banques d’affaires, qui se distinguent des banques de dépôt, en ce qu’elle n’a pour client que des sociétés ou de riches investisseurs. Les ressources sont des investissements de moyen et long terme, ce qui permet la création de titre sur le long terme dans des domaines en pleine expansion tels que l’industrie du chemin de fer.

Le Krach de 1857

Cette phase d’euphorie financière ne peut pas durer. Comme dans les crises qui l’ont précédé, le Krach de 1857 n’échappe pas à un retour brutal à la réalité financière. Tandis que la spéculation s’emballe, l’économie connaît un renversement qui affole les marchés. Dans le cas de la crise boursière de 1857, le phénomène est le suivant : la valeur des territoires de l’Ouest connaît une perte de valeur à l’approche de l’été (baisse de la rentabilité de certains gisements d’or) ce qui provoque un renversement de la tendance. En effet, le moteur de la croissance provient de la viabilité des territoires de l’Ouest. De fait, la spéculation sur les entreprises ferroviaires se voit rapidement stoppée. La révision à la baisse des perspectives et des bénéfices provoque rapidement plusieurs faillites. Les bilans des banques (investissement dans les compagnies ferroviaires) se trouvent dégradés entraînant logiquement une panique bancaire. Cependant, c’est plus particulièrement la suspension des paiements de l’« Ohio Life and Insurance Company and Trust Company » le 22 août 1857 en raison de mauvais investissements dans les compagnies ferroviaires qui provoque le vrai revirement de la tendance. Cette suspension entraîne d’autres établissements bancaires dans sa chute et provoque le krach de la Bourse de New York. Pourtant, la panique ne s’arrête pas à cette date. Le 12 septembre 1857, elle s’amplifie. En effet, la bateau vapeur « Central America » coule lors d’une tempête avec à son bord près de 2 millions de dollars d’or en provenance de Californie. Cet arrivage devait permettre de stabiliser les choses à New-York. Face à cette situation, les banques suspendent leurs paiements en or. Les actions replongent. De nombreux courtiers font faillites. Dans les jours qui suivent les banques du Nortwest et du Midwest suspendent partiellement leurs paiements or. Les investissements s’effondrent dans la construction et l’industrie ferroviaire. Ainsi, le 4 octobre 1857, les actions des chemins de fer baissent fortement de près de 30 % et les déposants veulent récupérer leurs avoirs. Face à ce retrait massif, les banques new-yorkaises ne peuvent pas faire face et sont forcées de suspendre totalement leur paiement. Se produit alors un assèchement des liquidités dû à une base monétaire initialement limitée. Cette crise des liquidités affecte encore davantage les cours des actions ferroviaires, obligeant un nombre croissant de compagnies de chemin de fer à la faillite.

Les conséquences de la crise boursière de 1857

Le krach de 1857 se caractérise donc par une panique boursière qui eut pour résultat un impact massif sur le secteur réel. (Le coût de la crise pour la seule ville de New-York s’élève à 120 millions de dollars). De nombreux investissements étaient en effet dépendants des anticipations positives du secteur ferroviaire. La révision à la baisse de ces prévisions entraîne un éclatement de la bulle spéculative et un effet domino sur l’ensemble des sphères boursières, financières et réelles. La principale conséquence fut une stabilisation du secteur par la faillite des structures bancaires et industrielles les plus fragiles.

L’ère industrielle connaît les prémices de la mondialisation, c’est pourquoi la bourse de New York entraîne dans sa chute plusieurs bourses européennes, et en particulier Londres et Paris. En France l’encaisse métallique de la Banque de France connaît une forte diminution, avec une perte de près de 27 points entre juin et octobre 1857. Cependant le gouvernement du Second Empire avait su assainir le secteur financier par des lois d’encadrement ce qui permit de réduire l’impact de cette crise économique dans l’hexagone.

FB pour © FB BOURSE.COM

Sources:

The panic of 1857

Panic of 1857

Cycle de Minsky et Crises financières au 19éme siècle

Voir aussi:

Le Krach boursier de 1847

Le Krach boursier de 1825

Réagir à cet Article