Dimanche juillet 23rd 2017

La Birmanie, le nouvel eldorado pour les exportations françaises

La Birmanie est-elle en train de devenir le nouvel eldorado pour les exportations françaises ?

À la fin du mois de juillet 2013, Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur s’est rendue en Birmanie. Cette visite officielle nous a permis de constater que les exportations françaises vers ce pays étaient entrées dans une phase de croissance et que les perspectives y étaient très prometteuses.

Une croissance soutenue

Lors de sa visite en République de l’Union du Myanmar (Birmanie), la ministre a exprimé sa satisfaction concernant l’évolution des exportations françaises avec ce pays d’Asie du Sud-Est. En effet, depuis 2011, année de la transition démocratique, les ventes ne cessent de croître. Elles furent de 20 millions d’euros en 2012 et elles atteignent déjà près de 30 millions pour le premier semestre 2013. Actuellement, deux secteurs monopolisent l’essentiel de ce montant (l’aéronautique et l’industrie pharmaceutique), mais toutes les études démontrent que le potentiel est immense.

Ubifrance s’installe à Rangoun

La ministre a d’ailleurs profité de son passage à Rangoun pour inaugurer les bureaux d’UbiFrance. Cet établissement public, placé sous la tutelle de différents ministères français, est doté de son propre réseau à travers le monde avec pour mission d’épauler les PME et les ETI qui se lancent dans l’exportation. C’est d’ailleurs Ubifrance qui a sélectionné les entrepreneurs français ayant eu le privilège d’accompagner la ministre lors de ce déplacement. Cette installation confirme l’intérêt dela France, mais aussi de l’ensemble du monde pour ce nouveau marché de 54 millions d’habitants.

Un contexte bénéfique

Cette transition démocratique a été marquée par des événements favorables. Le Club de Paris a d’abord annulé 6 milliards d’euros de dettes birmanes avant quela Commissioneuropéenne rétablisse le pays dans son système de préférences généralisées. Quant à Mme Brick, elle a signé l’effacement de 650 millions d’euros de dettes au titre de l’État français lors de ce séjour. Cet accord constituait le premier document officiel signé entre les deux pays depuis 20 ans. Elle a rappelé que des dons du FASEP étaient mobilisés pour aider le pays à se reconstruire tout en mentionnant la réintroduction des prises en garantie au titre du COFACE. À terme, une extension du mandat de l’Agence française de développement (l’AFD) se dessine.

Dans cet État où tout reste à faire, de grandes entreprises françaises ont déjà commencé à lancer leur projet d’investissement comme Bouygues, Lafarge, Louis Dreyfus Armateurs, Orange ou Total. Les PME et PMI peuvent donc sérieusement considérerla Birmaniecomme un Eldorado potentiel de ces 10 prochaines années.

FB pour FBBOURSE.COM

Réagir à cet Article