Mardi mars 2nd 2021

Citations Joseph Schumpeter

« Nous sommes obligés de reconnaître que l’entreprise géante est finalement devenue le moteur le plus puissant de ce progrès et, en particulier, de l’expansion à long terme de la production totale. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« L’impulsion fondamentale qui met et maintient en mouvement la machine capitaliste est imprimée par les nouveaux objets de consommation, les nouvelles méthodes de production et de transport, les nouveaux marchés, les nouveaux types d’organisation industrielle – tous éléments crées par l’initiative capitaliste. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« L’unité industrielle géante parfaitement bureaucratisée n’élimine pas seulement, en expropriant leurs possesseurs, les firmes de taille petite ou moyenne, mais, en fin de compte, elle élimine également l’entrepreneur et exproprie la bourgeoisie en tant que classe appelée à perdre, de par ce processus, non seulement son revenu, mais encore ce qui est infiniment plus grave, sa raison d’être. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« A la différence de la classe des seigneurs féodaux, la bourgeoisie industrielle et commerçante a grandi par son succès dans les affaires. La société bourgeoise a été coulée dans un moule purement économique : ses fondations, ses poutres, ses lanternes sont toutes composées de matériaux économiques. La façade du bâtiment est tournée vers le côté économique de la vie. Les primes et les amendes sont exprimées en termes pécuniaires. L’ascension et le déclin correspondent à des gains ou à des pertes monétaires. Personne, bien entendu, ne saurait contester ces vérités premières. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« Ce processus de destruction créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme et toute entreprise doit, bon gré mal gré, s’y adapter. Du même coup est jetée par-dessus bord la conception traditionnelle du fonctionnement de la concurrence. […] La variable prix cesse d’occuper sa position dominante. Car, dans la réalité, c’est bien la concurrence inhérente à l’apparition d’un produit, d’une technique, etc., qui compte. C’est-à-dire la concurrence qui s’attaque, non seulement aux marges bénéficiaires, mais bien à l’existence même des firmes existantes. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« Les économistes […] s’imaginent avoir été au fond des choses dés lors qu’ils ont interprété le comportement des firmes an appliquant, sur la base des données observées, le principe de la maximisation du profit. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« Le rôle de l’entrepreneur consiste à réformer ou à révolutionner la routine de production en exploitant une invention ou, plus généralement, une possibilité technique inédite. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« L’ouverture de nouveaux marchés nationaux ou extérieurs et le développement des organisations productives, depuis l’atelier artisanal et la manufacture jusqu’aux entreprises amalgamées telles que l’U.S. Steel, constituent d’autres exemples du même processus de mutation industrielle – s’il on me passe cette expression biologique – qui révolutionne incessamment de l’intérieur la structure économique, en détruisant continuellement ses éléments vieillis et en créant continuellement des éléments neufs. Ce processus de Destruction Créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme : c’est en elle que consiste, en dernière analyse, le capitalisme et toute entreprise capitaliste doit, bon gré mal gré, s’y adapter.»

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« Le capitalisme, répétons-le, constitue, de par sa nature, un type ou une méthode de transformation économique et, non seulement il n’est jamais stationnaire, mais il ne pourrait jamais le devenir. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« Ainsi, se succèdent des périodes prolongées de gonflement et de dégonflement des prix, des taux d’intérêt, de l’emploi, et ainsi de suite, ces phénomènes constituant autant de pièces du mécanisme de rajeunissement récurrent de l’appareil de production. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« Je ne crois pas que le chômage soit l’un de ces maux, tels que la pauvreté, que l’évolution capitaliste pourrait finir par éliminer d’elle-même. Je ne crois pas non plus que le coefficient de chômage tende à augmenter à long terme. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

« Cependant, qu’il soit durable ou temporaire, qu’il empire ou non, le chômage, on ne saurait le contester, est et à toujours été un fléau. »

Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3

Réagir à cet Article