Lundi avril 22nd 2019

Citations sur le Capital

« Le fonds, le capital et l’industrie se trouvent quelquefois réunis dans les mêmes mains. Un homme qui cultive à ses propres frais le jardin qui lui appartient, possède le fonds, le capital et l’industrie. Il fait, lui seul, le bénéfice du propriétaire, du capitaliste et de l’homme industrieux. Le remouleur, qui exerce une industrie pour laquelle il ne faut point de fonds de terre, porte sur son dos tout son capital, et toute son industrie au bout de ses doigts : il est à la fois entrepreneur, capitaliste et ouvrier. »

Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique, 1803-1826

 

« Le capital est cette partie de la richesse d’une nation qui est employée à la production. Il se compose des matières alimentaires, des vêtements, des instruments et ustensiles, des machines, des matières premières, etc. ; nécessaires pour rendre le travail productif. »

David Ricardo, Des principes de l’économie politique et de l’impôt, 1817

 

« Si un impôt, aussi lourd soit-il, frappe le revenu, et non le capital, il ne réduit pas la demande, mais ne fait qu’en modifier la nature. »

David Ricardo, Des principes de l’économie politique et de l’impôt, 1817

 

« Les profits du capital consistent dans la différence entre la valeur des avances nécessaires pour créer un produit et celle de la chose produite. »

Robert Malthus, Principes d’économie politique, 1820

 

« On appelle ordinairement profits du capital la portion du revenu national qui est payée au capitaliste pour l’usage de ses fonds. »

Robert Malthus, Principes d’économie politique, 1820

 

« Si la transformation du revenu en capital, poussée au-delà d’un certain point, doit, en diminuant la demande effective pour les produits, laisser les classes ouvrières sans ouvrage, il est évident que les habitudes de parcimonie poussées trop loin peuvent être suivies, tout d’abord des effets les plus désastreux et causer ensuite un déclin sensible et permanent dans la richesse et la population. »

Robert Malthus, Principes d’économie politique, 1820

 

« […] je dois rappeler que la difficulté apparente en théorie sociétaire, c’est d’établir une répartition satisfaisante pour les trois facultés industrielles de chacun, CAPITAL, TRAVAIL et TALENT. L’ordre civilisé ne sait répartir équitablement que sur le capital, en raison des versements ; c’est un problème d’arithmétique et non de génie; le nœud gordien du mécanisme sociétaire est l’art de satisfaire chacun sur le travail et le talent. »

Charles Fourier, Le nouveau monde industriel et sociétaire, Sect.3, notice.5, 1829

 

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3 >Page 4 >Page 5 >Page 6

Réagir à cet Article