Samedi février 23rd 2019

Citations sur le Capital

« Tout capital fixe s’use plus ou moins rapidement, par l’usage, et même plus encore quand on n’en use pas ! »

Charles Gide, Principes d’économie politique, Livre I-La production, Part.1, Chap.III.3, 1931

 

« Il faut dissiper toute cette fantasmagorie qui échauffe si fort, et non sans raison, la bile des socialistes. Cette espèce de force productive et mystérieuse que l’on attribue au capital et qui lui serait propre, cette vertu génératrice, est pure chimère. Quoi qu’en dise le dicton populaire, l’argent ne fait pas de petits, et le capital pas davantage. […] Mais le capital en tant que matière première, instrument ou approvisionnement, est absolument inerte tant qu’il n’a pas été vivifié par le travail. »

Charles Gide, Principes d’économie politique, Livre I-La production, Part.1, Chap.III.4, 1931

 

« Le soi-disant produit du capital n’est jamais que le produit d’un travail quelconque – parfois du travail de son possesseur, mais très fréquemment aussi, dans nos sociétés, le produit du travail d’autrui. Il n’en résulte pas nécessairement que le prélèvement du capital soit toujours une spoliation, comme se hâtent trop de l’affirmer les socialistes. Cela arrive assurément ! Mais normalement, étant donné le régime social de la division du travail et de l’échange, chacun est appelé à vivre du travail d’autrui. »

Charles Gide, Principes d’économie politique, Livre I-La production, Part.1, Chap.III.4, 1931

 

« Le mot de capitalisme est employé, surtout par les socialistes, pour désigner un régime économique dans lequel le Capital tient une place prépondérante et, au lieu d’être au service du Travail, prend celui-ci à son service. Or le capitalisme ainsi défini est de date relativement récente. Le capital, lui, est aussi ancien que la première hache de pierre ; mais pendant des milliers d’années, dans les temps primitifs de l’industrie pastorale ou même purement agricole, comme sous le régime du travail esclave et même sous celui des corporations du Moyen Âge, ce capital n’était que le très humble serviteur du travailleur. C’est du jour seulement où le capital a échappé aux mains du travailleur que le capitalisme a commencé. »

Charles Gide, Principes d’économie politique, Livre I-La production, Part.1, Chap.III.6, 1931

 

« Les banquiers sont des commerçants tout comme les autres. Les commerçants opèrent sur des marchandises : les banquiers opèrent sur le capital circulant représenté par ses titres de crédit ou du numéraire. »

Charles Gide, Principes d’économie politique, Livre II-La circulation, Chap.V, 1931

 

« Tout placement de capital à l’étranger est une semaille qui doit donner sa moisson. Il ne faut pourtant pas oublier que ce sont les capitaux du Vieux Monde qui ont créé le Nouveau Monde et que toutes les richesses qu’il nous renvoie aujourd’hui sous forme d’aliments pour nos populations et de matières premières pour nos industries, et grâce auxquelles l’Europe Occidentale a pu devenir une incomparable ruche d’hommes et de richesses, n’auraient jamais vu le jour si le capital était resté à domicile. »

Charles Gide, Principes d’économie politique, Livre II-La circulation, Chap.VII.12, 1931

 

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3 >Page 4 >Page 5 >Page 6

Réagir à cet Article