Mardi mars 28th 2017

Classement Compagnies Pétroliéres et Gaziéres 2009

Le classement 2009 des 40 premiéres compagnies pétrolières et gazières

Les premières compagnies pétrolières et gazières s’imposent toujours en

Siége de Total à la Défense © www.fb-bourse.com

Siége de Total à la Défense © www.fb-bourse.com

 2009, malgré la crise et le ralentissement économique comme les plus grosses capitalisations boursières mondiales. En effet, si l’année 2008 et le début 2009 ont été très difficile pour les marchés financiers, le secteur pétrolier a été moins impacté que les autres par le retournement boursier. L’année 2008, a permis aux pétroliers d’obtenir leurs meilleurs résultats historiques. A l’image de Total qui a obtenu cette année 13.9 milliards d’euros de bénéfice net. Une performance jamais obtenue précédemment par une entreprise française. 2008 a été vraiment exceptionnelle pour les compagnies pétrolières. Les neufs premiers mois de l’année ont été ceux des records en terme de recette. Le baril de pétrole a atteint entre février et juillet deux seuils symboliques. Tout d’abord le niveau jamais atteint des 100 dollars à New York le 19/02/08, puis un second record (maintenant à battre) de plus de 145 dollars le 03/07/08. Le seuil des 100 dollars n’a été repassé à la baisse que le 15/09/08. Depuis, cette date les cours ont chuté pour atteindre 34.85 dollars le 15/01/09. Ils naviguent depuis cette date dans une fourchette comprise entre 35 et 50 dollars le baril.

Quand est-il maintenant ? Les prix bas d’aujourd’hui, conséquence de la crise économique, préparent-ils le terrain à une nouvelle montée des cours dans l’avenir ? La grande question est là. Compagnies pétrolières et intervenants de marché divergent sur le sujet. Dés que la croissance repartira à la hausse, les cours du baril pourraient regrimper rapidement. Un rebond entre 60 et 100 dollars le baril s’avère tout à fait plausible à horizon un an dans une économie en recovery. Pour l’instant, les spécialistes du secteur sont partagés. Certains mettent en avant que la faiblesse des cours, n’incite plus les compagnies pétrolières à investir. Cet état de fait réduit en effet la valeur des projets potentiels. Par exemple, les gisements de sables bitumeux au Canada dont les seuils de rentabilité sont élevés autour de 75 dollars le baril. Par conséquent, si les investissements nécessaires au maintien de la production ne sont pas effectués, lorsque la croissance repartira, les prix de l’énergie devraient remonter rapidement. En quelque sorte, les prix bas du baril préparent donc une nouvelle poussée des prix dans l’avenir…

A l’inverse, d’autres experts du secteur pensent que l’explosion des prix de l’été 2008 a entraîné un profond changement structurel de la demande via une modification des comportements de consommation des ménages (exemple emblématique de l’abandon des 4×4 aux Etats-Unis au profit de voitures moins consommatrices de carburants). D’autres part, l’administration Obama aux Etats-Unis a des projets ambitieux en terme d’efficacité énergétique. L’Europe n’est pas en reste sur ce sujet. La consommation de pétrole a ainsi diminué de 0.3% en 2008, et pourrait se replier de 1.6% en 2009 selon l’Agence internationale de l’énergie.

Cette situation indécise explique en partie l’état actuel des capitalisations boursières des compagnies pétrolières. Les opérateurs de marché se trouvent donc partagés sur la partition à jouer pour le futur…

Le classement actuel n’évolue que très peu en l’absence de grand mouvement de concentration dans le secteur. La première place revient, comme depuis plusieurs années à Exxon Mobil avec prés 346 milliards de dollars de capitalisation boursière. A noter, la belle deuxième place de Petrochina (organe cotée de China National Petroleum, le plus important pétrolier de Chine) avec 291 milliards de dollars de capitalisation boursière. Exxon Mobil et Petrochina sont aussi les deux plus grosses capitalisations boursières mondiales tous secteurs confondus. Total le premier pétrolier français se situe à la 7éme place du classement avec 125 milliards d’euros de capitalisation boursière.

FB

Classement 2009 des 40 premières compagnies pétrolières et gazières par capitalisation

Sources : Bloomberg – Top 500 Monde Sociétés par capitalisation au 26/03/09

Rang

Compagnie

Capitalisation en milliards de dollars

PER actuel

CA 2008 en milliards de dollars

1 EXXON MOBIL 346.70 8.31 425.07
2 PETROCHINA 291.87 9.17 154.10
3 ROYAL DUTCH 145.12 5.53 458.36
4 CHEVRON 139.72 6.13 255.11
5 PETROBAS 136.96 7.87 128.38
6 BP 129.67 6.16 354.62
7 TOTAL 125.08 8.22 237.26
8 CHINA PETROLEUM 100.33 12.39 185.01
9 GAZPROM 97.08 3.46 136.66
10 ENI 82.71 6.28 159.63
11 STATOILHYDRO 61.08 9.22 117.71
12 CONOCOPHILLIPS 58.77 3.67 225.42
13 BG GROUP 52.73 11.58 23.34
14 OCCIDENTAL PETROLEUM 47.61 6.59 24.34
15 RELIANCE 47.51 11.38 34.08
16 CNOOC 45.99 7.03 16.26
17 ECOPETROL 35.90 7.45 17.41
18 ENCANA CORP 32.37 5.21 27.07
19 OIL & NATURAL GAS 32.19 8.22 24.05
20 IMPERIAL OIL 30.94 10.75 29.73
21 SURGUTNEFTEGAZ 23.92 9.20 23.32
22 CAN NATURAL 22.82 4.97 13.55
23 APACHE CORP 22.63 33.30 12.33
24 REPSOL 21.96 5.97 90.36
25 DEVON ENERGY 21.95 5.53 15.36
26 SUNCOR ENERGY 21.63 8.98 28.36
27 HESS CORP 20.99 8.79 41.16
28 SASOL 20.09 6.61 19.29
29 WOODSIDE PETROLEUM 19.98 15.67 5.05
30 ANADARKO PETROLEUM 19.62 6.82 14.64
31 XTO ENERGY 19.55 9.07 7.69
32 MARATHON OIL 19.03 4.07 71.91
33 HUSKY ENERGY 18.91 5.49 23.49
34 FORMOSA PETROCHE 18.75 41.89 21.34
35 INPEX 17.13 8.51 12.94
36 EOG RESOURCES 15.84 6.41 6.24
37 TNK 13.47 2.22 25.74
38 **PETRO CANADA 13.20 4.14 26.28
39 PTT 12.74 8.73 61.02
40 CEPSA 12.14 32.52 32.23

A noter : ce classement ne prend pas en compte les compagnies d’Etat (National Oil Company) non cotées en Bourse comme la Saudi Aramco (Arabie Saoudite), PDVSA (Venezuela) ou Sonatrach (Algérie).

** Suncor Energy et Petro Canada ont annoncé le 23/03/09 leur intention de fusionner. Si, la fusion était conclue aujourd’hui (normalement prévu pour fin septembre 2009), la nouvelle entité serait positionnée en 18eme position du classement, avec 34.83 milliards de capitalisation boursière.

Réagir à cet Article