Vendredi novembre 22nd 2019

Le Système de John Law

Le début de la Fin

Nous sommes fin 1719, Le système Law atteint bientôt son apogée. La Banque Royale et la Compagnie des Indes fonctionnent à merveille. Les honneurs et le succès sont au rendez-vous pour John Law, il est ainsi naturalisé français, fait Duc d’Arkansas et nommé surintendant des monnaies de France. L’apogée du système arrive le 30 décembre 1719, lors de l’assemblée générale de la Compagnie des Indes. Law annonce que le dividende en actions atteindrait quarante pour cent. Le prix des actions monte alors jusqu’à 18000 livres. Le capital de la banque atteint le milliard de livres, prés de 10 milliards de billets circulent pour une valeur d’environ 3 milliards de livres. Pourtant, le système commence à faire sentir des premiers craquements. Le dividende fixé à 40% pour les 600000 actions émises à 500 livres, commence à inquiéter les porteurs d’actions. La somme à payer 120 millions de livres est jugée bien supérieure aux revenus de la Compagnie des Indes. Le mouvement baissier des cours va débuter. Les premières rumeurs sur les quantités insuffisantes de métaux précieux véritablement disponibles commencent à circuler. Les actionnaires comprennent petit à petit que les quantités disponibles sont insuffisantes pour faire face aux demandes massives d’échange de billets. A cela s’ajoutent des retours négatifs en provenance des colonies et notamment de Louisiane. Celle-ci ne serait pas l’eldorado décrit. Les mines d’or de Louisiane ne sont qu’une chimère…Pour rassurer, et tenter d’enrayer cette vague d’inquiétude Law prend plusieurs mesures. Il commence par faire racheter par la Compagnie des Indes une partie de ses actions. Cela a un double but, soutenir le cours et diminuer le dividende à distribuer en 1720. Il décide aussi de mettre en place des mesures fortes pour soutenir les billets de banque face aux espèces : ristourne fiscale aux contribuables payant leurs impôts en billets, interdiction de détenir plus de 500 livres en monnaies métalliques, autorisation aux agents de la compagnie des Indes de perquisitionner les domiciles privés pour saisir les espèces, introduction du cours forcé du billet…

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3 >Page 4 >Page 5

Réagir à cet Article