Mercredi août 12th 2020

Citations Walter Bagehot

« Lombard Street est le grand intermédiaire de ces emprunts constants et chroniques. C’est une sorte de courtier perpétuel entre les parties tranquilles du pays qui accumulent de l’argent et les régions actives qui l’emploient. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.I, 1874

« Lombard Street joue donc le rôle d’un agent perpétuel entre deux grandes divisions de l’Angleterre, c’est-à-dire entre ces régions actives, croissant rapidement en prospérité, où l’on trouvé à employer facilement quelques sommes si considérables qu’elles soient, et ces régions calmes, tranquilles, où il y a plus d’argent qu’on ne peut en employer. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.I, 1874

« Les économistes politiques soutiennent que le capital se porte vers les branches de commerce les plus profitables, et qu’il abandonne rapidement celles qui le sont moins ou qui ne rapportent rien. Mais, dans la plupart des pays, ce résultat ne se produit qu’à la longue, et quelques personnes, qui ne croient  à une vérité abstraite que quand elles en ont vu de leurs yeux la démonstration, sont portées à douter de ce fait parce qu’elles n’ont pas pu l’observer dans la pratique. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.I, 1874

« De même que l’eau cherche toujours à retrouver son niveau, de même aussi les capitaux anglais se dirigent instantanément là où ils sont les plus utiles. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.I, 1874

« Un nouveau débouché vient-il à se présenter, les capitaux anglais se mettent immédiatement à la disposition de ceux qui sont à même de comprendre les nouvelles chances de profit qu’offre ce débouché et qui sauront en tirer tous les avantages possibles. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.I, 1874

« L’Angleterre possède une quantité sans égale de capitaux flottants, d’argent disponible, qui vient immédiatement à l’aide du négociant, quel qu’il soit, qui découvre une nouvelle source  de gain. Cette «organisation inconsciente du capital» pour employer une phrase continentale, ne permet pas seulement aux Anglais de se montrer beaucoup plus prompts que leurs voisins du continent à profiter des nouvelles occasions commerciales, elle leur permet aussi de conserver très probablement les débouchés dont ils se sont complètement emparés.»

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.I, 1874

« Un homme nouveau, avec un petit capital à lui et un grand capital emprunté, peut vendre à plus bas prix qu’un homme riche qui travaille exclusivement avec son propre capital. L’homme riche a besoin de recevoir le taux entier du gain commercial sur la .totalité du capital employé dans son commerce ; l’homme pauvre, au contraire, n’a besoin que de faire l’intérêt de l’argent (intérêt qui ne se monte peut-être pas au tiers des profits) sur la plus grande partie du capital qu’il emploie ; par conséquent, l’homme pauvre considérera, comme une ample récompense de son travail, un revenu dont la modicité forcerait l’homme i riche à quitter le commerce. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.I, 1874

La suite des citations via les pages ci-dessous

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3 >Page 4 >Page 5 >Page 6 >Page 7

Réagir à cet Article