Mercredi août 12th 2020

Citations Walter Bagehot

« Un homme timoré, placé dans une position nouvelle, recule ordinairement devant les mesures vigoureuses. Les gouverneurs de la Banque (d’Angleterre) sont, la plupart du temps, des hommes timorés, prudents, si vous voulez ; ils appartiennent à une classe chez laquelle la prudence est proverbiale ; aussi sont-ils aptes à user de temporisations et de délais. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.VII-1, 1874

« Ne pas faire de prêts, c’est la ruine, nous l’avons vu ; faire des prêts considérables, puis cesser tout à coup, c’est encore la ruine, nous l’avons vu aussi. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.VII-2, 1874

« L’audace est la vie du commerce ; la prudence, j’allais presque dire la timidité, est au contraire la vie du banquier. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.VIII, 1874

« Quand on veut faire servir une vieille chose à un usage nouveau le simple bon sens doit porter à se demander si cette vieille chose convient à ce nouvel usage. On peut mettre du vin nouveau dans de vieilles bouteilles, mais c’est à la seule condition qu’on examine avec soin l’état de la bouteille et qu’on adapte soigneusement sa structure à ce nouvel emploi. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.VIII, 1874

« Le commerce est réellement une profession qui exige souvent dans la pratique tout autant de connaissances, tout autant d’habileté que le droit ou la médecine ; il exige, en outre, la possession d’un capital. Un bon négociant, qui emploie un capital suffisant dans un commerce qu’il comprend bien, réalise des profits non seulement sur ce capital, mais se fait encore un large revenu avec son habileté professionnelle. Ses bénéfices proviennent donc autant de son talent que de son capital. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.IX, 1874

« La banque est  un commerce qui exige bien des soins, mais peu de travail. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.IX, 1874

« Le monde est devenu si grand, la nature des affaires si complexe, qu’il est fort difficile de dire qui est riche et qui est pauvre. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.X, 1874

« Le propre de la grande banque, c’est d’encourir d’immenses responsabilités. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.X, 1874

« Une grande banque tend toujours à devenir plus considérable, une petite banque tend toujours à devenir plus petite. On choisit naturellement pour banquier celui qui a le plus de crédit au moment présent ; or, c’est le banquier qui a le plus d’argent entre les mains qui a le plus de crédit. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.X, 1874

« Mais, malheureusement la règle la plus simple n’est pas toujours celle à laquelle il faut se fier par-dessus tout. Il est souvent difficile de surmonter les difficultés pratiques de la vie en n’employant que les règles les plus simples ; dès  que les dangers sont nombreux et complexes, les moyens destinés à  les combattre ne peuvent être ni uniques, ni simples. Un remède uniforme contre plusieurs maladies finit souvent par tuer le malade. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.XI, 1874

« Pourquoi une banque publie-t-elle son bilan ? Pour convaincre le public qu’elle possède en espèces, ou en titres facilement réalisables, les sommes  nécessaires pour faire face à son passif. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.XI, 1874

« Le crédit est une opinion engendrée par les circonstances et qui varie avec ces circonstances. L’état du crédit à un instant quelconque est un fait qu’on ne peut que constater et reconnaître comme tous les autres faits que par l’essai et par l’enquête. »

Walter Bagehot, Lombard Street ou le marché financier en Angleterre, Chap.XII, 1874

Pages : >Page 1 >Page 2 >Page 3 >Page 4 >Page 5 >Page 6 >Page 7

Réagir à cet Article